Vendredi 13 : mais au fait, les animaux sont-ils superstitieux ?

Note utilisateur:  / 4
MauvaisTrès bien 

Pendant très longtemps, on a cru que seul l’Homme pouvait être superstitieux. C’est en 1947 que le professeur Skinner emploie pour la première fois le terme de "superstition" pour expliquer le comportement de ses animaux fétiches : les pigeons. Le professeur Skinner avait placé plusieurs pigeons dans une cage dans laquelle de la nourriture était distribuée automatiquement à intervalles de temps réguliers. Après plusieurs jours, le professeur Skinner remarqua que chacun des oiseaux avait associé la nourriture avec un certain comportement ; par exemple, un des pigeons tournait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, un autre balançait sa tête comme un pendule. Les pigeons continuant de montrer ces comportements sans aucun renforcement, le professeur Skinner émit l’hypothèse que les pigeons essayaient d’influencer la distribution de nourriture grâce à ces comportements appelés « rituels ». Le professeur Skinner en conclut que quelques liens accidentels entre un rituel et une conséquence favorable suffisent à mettre en place et à maintenir une superstition. Le mécanisme des superstitions reposerait donc sur des règles simples d'apprentissage.

Créée de toute pièce par un individu, la superstition peut ensuite être transmise par la culture au sein d’une population ! Ainsi, les superstitions varient d’un pays à l’autre : le chat noir porte malheur en France mais porte bonheur en Angleterre !

 

Copyright © 2017 ETHOBIOSCIENCES – Tous droits réservés

 Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU/GP